Ici je vous partage des lectures qui sont des chemins que je vous propose, des auteurs que j’apprécie, d’autres que je découvre, des livres qu’on me recommande, cette liste s’enrichira au fil du temps (je suis ouverte à vos recommandations).

« Accompagnez votre enfant vers l’autonomie et l’épanouissement. Tous les parents souhaitent que leur enfant devienne une personne autonome et épanouie. Ils veulent que leur enfant sache prendre et assumer ses décisions et qu’il soit en mesure de faire des choix éclairés, dans le respect de lui-même et des autres. Et surtout, ils vous le diront tous : ils désirent qu’il devienne un adulte solide, confiant et libre d’être qui il est, avec ses forces, ses défis et ses aspirations.
Quel est le rôle du parent dans la grande marche de son enfant vers l’autodétermination ?? Comment peut-il l’accompagner avec doigté et sensibilité? ? Comment peut-il le guider en tenant compte des enjeux liés à son développement social affectif ?? Tout en leur rappelant qu’il faut 18 ans pour élever un enfant, Nancy Doyon propose ici aux parents et aux intervenants de découvrir les 10 étapes de l’approche responsabilisante, une démarche appuyée à la fois sur des théories reconnues en psychologie et en neurosciences et sur la vaste expérience de terrain qui a fait sa marque. »

« Une fois décelée la précocité de son enfant, on pourrait penser que le Parent, soulagé, a trouvé dans ce diagnostic toutes les réponses à ses questions.
Or il n’en est rien: même si les tests effectués et les entretiens avec les spécialistes, tout comme la lecture de nombreux ouvrages lui permettent de mieux comprendre les spécificités de son enfant, ce même Parent reste le plus sou-vent démuni au quotidien, ne sachant comment rattacher ces particularités aux comportements déroutants de son enfant. Cet ouvrage est centré essentiellement sur le Parent pour lui assurer un soutien rapide et efficace dans nombre de situations délicates à gérer.
Les enseignants trouveront également des conseils pertinents pour le travail au quotidien avec ces enfants. »

« Enfant, on disait de vous que nous étiez dans la lune, réservée et très émotive ? Adulte, vous étés souvent émue jusqu’aux larmes par diverses situations et vos collègues disent que vous êtes totalement addict au travail ? Alors vous faites sûrement partie de ces femmes qui déroutent les autres et dont les différences ne sont pas toujours comprises… Grâce a cet ouvrage, reprenez le pouvoir et assumez notre plein potentiel atypique, qu’il s’agisse de douance, d’hypersensibilité, du TDAH ou d’autisme ! Réalisez le test en début d’ouvrage pour mieux comprendre quel profil vous correspond parmi les 8 grands types de femmes atypiques.
Puis, grâce à Elodie Crépel, psychanalyste spécialisée et elle-même atypique, accédez à une connaissance plus précise de notre propre fonctionnement. En réussissant à mieux vous comprendre, vous sortirez d’un carcan trop étroit pour vous et vous réussirez à vous épanouir professionnellement. »

La Grande Fabrique à idées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante.
Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.
Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ».
Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse… »

 

Les difficultés scolaires et les troubles de l’estime de soi représentent les motifs de consultation de plus en plus fréquents auprès des psychologues ou des spécialistes en pédopsychiatrie, notamment durant l’adolescence.

L’objectif de ce livre est de donner des pistes de réflexion à propos du rôle et de l’importance de l’estime de soi au cours du développement de l’enfant de l’adolescent.

 

Pour plusieurs individus, les symptômes liés au trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) persistent à l’âge adulte, entraînant d’importantes atteintes fonctionnelles. Mieux vivre avec le TDAH à l’âge adulte fournit, dans le format convivial d’un guide, des stratégies efficaces à appliquer dans la vie de tous les jours, par soi-même ou avec l’accompagnement d’un praticien. Les auteurs y traitent, entre autres, des défis liés à certains contextes (travail, école, etc.), à la santé ainsi qu’à l’hygiène de vie, et démystifient le traitement pharmacologique.

Conception de l’intelligence et un impact sur les apprentissages

 

Un élève ayant une conception dite « fixiste » de l’intelligence aura tendance à penser que tout est joué d’avance et quoi qu’il fasse, il ne pourra pas progresser. Il aura une vision fataliste de ses apprentissages. Les conceptions fixistes de l’intelligence ( Fixed Mindset) sont des croyances sur l’intelligence. Les enfants vont implicitement se construire cette conception en fonction de leurs propres expériences d’apprentissage et de leur environnement (on mesure ici l’importance des feedbacks et des projections des adultes).  

La conception fixiste de l’intelligence renvoie à une représentation « innée » de l’intelligence : certains sont intelligents, d’autres le sont moins, ou pas, il a la bosse des maths, c’est une rêveuse… Les élèves qui auront cette conception penseront que peu importe leur travail, leur effort, le résultat sera le même et que rien de changera.  Ils auront une vision fataliste de leurs apprentissages et seront moins enclin à fournir des efforts.  Pour eux, tout est joué d’avance alors à quoi bon ?

La conception malléable de l’intelligence ( Growth Mindset) désigne l’inverse.  L’intelligence « se construit » et c’est en travaillant, en expérimentant qu’on la développe. Les élèves qui auront cette conception dynamique ont davantage tendance à penser que c’est à force de persévérance qu’ils vont s’améliorer et ainsi enclins à déployer davantage d’efforts.

Ces conceptions auront un impact sur l’attribution de leurs difficultés. 


Un enfant qui a une théorie fixiste de l’intelligence aura tendance à attribuer la cause d’un échec à son « manque » d’intelligence. Alors qu’un enfant ayant une théorie malléable de l’intelligence attribuera davantage un échec à un simple manque de travail ou de préparation.


Ces conceptions vont influencer la perception de leurs résultats : les élèves ayant une conception fixiste vont davantage accorder de l’importance à des échecs, à des informations négatives lors de leurs travaux, s’ils ont initialement échoué dans la discipline alors que ceux ayant une conception malléable ont tendance à être plus positifs et à percevoir les échecs essentiellement comme des indices de progression possible, envisager une marge de progression et chercher à comprendre leurs erreurs. De façon concrète, un jeune qui entend régulièrement « je ne me fais pas de souci pour toi, c’est toujours facile, tu sais tout, t’a toujours des bonnes notes » ou « de toutes façons, elle, les maths, c’est pas son truc, c’est une pure littéraire », sont deux représentations fixistes de l’intelligence.


Les élèves ayant une conception malléable de l’intelligence ont pour théorie que l’intelligence et les compétences se développent avec le travail contrairement à ceux qui ont une conception fixiste pour lesquels le travail et les efforts ont peu d’effet sur les performances.


Cette approche est essentielle dans un programme d’accompagnement visant à améliorer l’investissement scolaire des élèves. De même, pour les équipes enseignantes, travailler sur les conceptions et théories de l’intelligence avec les élèves peut s’avérer bénéfique pour favoriser leurs efforts et leur persévérance face à la difficulté, la conception fixiste de l’intelligence étant associée à une moindre persévérance dans le travail et parfois à un désengagement scolaire.

En psychopédagogie, l’approche métacognitive permet d’engager une action sur ces perceptions de l’intelligence chez le jeune en développant ses propres perceptions et stratégies d’apprentissage.  

 

 

 

Le TDAH fait parti des troubles du neuro-développement. Contrairement à ce que l’on peut parfois lire, le TDAH n’est pas une mode, il a été découvert par H. Hoffmann en Allemagne en 1845 et fait depuis l’objet de nombreuses études et recherches scientifiques qui ont permis de déterminer que c’est un trouble neuro-développemental, et pas juste des personnes « tête en l’air », « étourdies », ou « mal éduquées »

 

 

 

Témoignage #4

Ar. alors scolarisé en Seconde dans un établissement réputé de la région nantaise (une « usine à bac? ») est arrivé démotivé 😞. Ar. allait au lycée pour voir ses copains, faire acte de présence…mais sans motivation. Il ne mettait plus de sens dans sa scolarité.
Avec de grandes capacités cognitives 🧠, un profil singulier, une mémoire ultra efficace💪, il n’arrivait pourtant plus à apprendre et les notes n’étaient plus au rendez-vous. Normal, à apprendre sans que cela fasse sens, la restitution ne peut pas se faire correctement et c’est alors le fameux trou noir devant la copie.
Lors des séances, Ar, n’est pas très bavard…puis, au fur et à mesure, l’échange se construit,la confiance s’installe.
Ar n’était pas dans le bon environnement scolaire. Il a fallu travailler autour de son projet, retrouver des envies. Reprendre confiance.
Ensuite, nous avons travaillé les stratégies de travail, trouver une méthode et une stratégie d’apprentissage efficace 📚, s’organiser, être capable de revenir en classe quand l’esprit « part dans la lune »…🦋🌛
Et puis un jour, Ar m’annonce qu’il change de lycée et s’inscrit dans un lycée orienté nature…et depuis, je crois savoir qu’il s’épanouit et grandit comme une plante bien nourrie, au bon endroit! Ar m’a dit en fin d’accompagnement « je prends conscience », auparavant, il subissait sa scolarité.
Bravo Ar, tu es sorti de ta zone de confort !
Nous avons donc suivi plusieurs étapes dans son accompagnement :
1 – mettre du sens dans la scolarité, construire la motivation
2 – développer des méthodes d’apprentissages efficaces
3 – travailler autour des habiletés sociales