#43 – Extrait de mon programme Zen contre l’anxiété pour ados et enfants

La peur est une émotion utile. L’enfant, l’adolescent, puis l’adulte apprennent cette émotion et apprennent des stratégies adaptées pour faire face à l’environnement. La peur fait partie de la vie. Pourtant, elle est parfois intense, omniprésente, « empêchante ». Elle empêche alors de vivre le quotidien…et devient ANXIÉTÉ.

« Dans notre cerveau, nous avons 2 types de pensées : les pensées catastrophes, celles qui aggravent les peurs ou qui les amènent. Ce sont celles que tu avais notées dans le cercles vicieux. Il existe également des pensées positives, aidantes. Tu vas continuer ton programme d’exposition à tes peurs en essayant d’écouter les pensées aidantes, pendant ou après. Si tu n’écoutes que les pensées catastrophes, tu vas t’angoisser tout le temps. Écoute tes pensées positives. » (extrait de la séance 6).

Je propose un programme de 12 séances pour accompagner les enfants et les adolescents.

Je reçois en séances des jeunes et des enfants, comme M, âgé de 17 ans, un garçon très intelligent, d’une grande sensibilité, qui planifie sa vie de façon très rigide, comme pour contrer ses angoisses. Il est arrivé il y a quelques temps avec une peur de la mort, une peur des évaluations, une peur de son avenir, et une incapacité à prendre des décisions, faire des choix. Il passait du temps à ruminer ses pensées, sans avancer, sans décider avec cette impression de subir ces angoisses. Depuis 6 séances, M a appris à comprendre ses peurs, avec des outils pour les diminuer, les maîtriser, les accepter. Maintenant, M va mieux, comme il a dit hier « je vais très très bien! ». Il est moins inquiet, il prend confiance en lui, prend seul des décisions, fait des choix : mal dans son orientation, il décide de changer pour une voie qu’il n’avait pas osé prendre à la sortie de la 3eme, et le voilà accepté dans un premier lycée! mais le chemin n’est pas terminé, il nous reste encore 6 séances pour construire des bases solides.

 

Pour plus de renseignements, contactez-moi par téléphone : 06.33.21.99.80 ou  par mail : contact@marina-ardouin.fr ou via le formulaire de contact de la page d’accueil de ce site.

(Ce programme qui comprend environ 12 séances peut aussi se faire à distance. )

Vos enfants ont des difficultés d’apprentissage?
Les cours à distance sont compliqués
Le bulletin tout juste arrivé ne reflète pas les efforts de votre enfant?
Les enseignants soulignent un manque de concentration, des problèmes de mémorisation, un comportement inadapté?
Mes accompagnements continuent et peuvent être assurées en téléconsultation ou au cabinet.
Pour acquérir des bases sur lesquelles repartir en septembre prochain,
c’est maintenant que nous pouvons construire un plan d’accompagnement.

Coronavirus globalisé, crise économique, terrorisme, catastrophes naturelles à grande échelle… Le monde d’aujourd’hui peut sembler pour le moins sombre et peu porteur d’espérance. Quels modèles, nous adultes, pouvons-nous représenter pour les enfants et les adolescents? Comment leur inculquer un regard positif et parvenir à les inspirer pour qu’ils impulsent un changement positif dans le monde ?

A écouter, émission radio : https://rcf.fr/vie-quotidienne/psychologie/comment-etre-des-adultes-inspirants-pour-les-jeunes-generations

« Nous transmettons surtout par notre qualité d’être : les jeunes n’écoutent pas ce que vous faites, les jeunes écoutent ce que vous êtes« 

Parfois on se demande…qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela? Pourquoi cela m’arrive-t-il à moi?
Une fille dit à sa mère que tout tourne mal pour elle. Elle a probablement échoué son examen de maths et son petit ami vient de la laisser pour… sa meilleure amie.
Dans ces périodes tristes, une bonne mère connait la chose à faire pour remonter le moral de sa fille, un délicieux gâteau.
La mère entraine donc sa fille dans la cuisine et lui demande: « Ma chérie, aimerais-tu un morceau de gâteau? »
Sa fille répond: « Oh oui, merci maman, ça me réconfortera un peu. »
« Très bien, dit la mère, alors bois un peu de cette huile de cuisson. »
Choquée, la jeune fille rétorque: « Quoi? Pas question!!!
– Que dirais-tu alors de quelques œufs crus?
– Est-ce que tu plaisantes?
– D’un peu de farine?
– Mais non enfin, tu veux me rendre malade en plus de tout le reste?
– Toutes ces choses, pas cuites et prises séparément, goûtent mauvais, mais si tu les cuisines ensemble tu obtiens un savoureux gâteau.
L’Univers travaille de la même manière. Quand nous nous demandons pourquoi il nous fait passer par ces périodes difficiles, nous ne réalisons pas ce que ces événements peuvent nous apporter.
Nous n’avons pas besoin d’arranger les ingrédients crus, seulement croire qu’ils sont là pour une raison et avoir confiance que quelque chose de délicieux va en résulter.
La Vie nous aime tellement… Elle fait refleurir la nature chaque printemps, se lever le soleil tous les matins… Cette même énergie est là pour toi. »
Sur la page de Jean-François Laurent

Merci à Florence de Vulpillière
« Votre enfant présente des troubles somatiques en lien avec les périodes scolaires.Vous l’avez peut-être d’abord cru feignant ou capricieux, mais vous soupçonnez maintenant une phobie scolaire. « 
Parce qu’il est important de comprendre la cause et de proposer des solutions, voici une feuille de route pour la prise en charge rapide de votre enfant proposée par l’association Phobie Scolaire.
 
Ce n’est pas l’école en elle-même qui va faire peur car souvent, l’enfant aime apprendre, mais c’est le chemin de l’école qui fait peur. Ces enfants sont des enfants qui présentent majoritairement des capacités d’apprentissages, de créativité et une sensibilité développés, et qui présentent alors des besoins éducatifs particuliers, donc des pédagogies particulières. Pour un ensemble de chercheurs, la phobie scolaire serait la conséquence d’un système scolaire malade. Lors d’une conférence consacrée à ce sujet, le Docteur Alexanian et le Docteur Revol expliquaient tous deux que  » la phobie scolaire n’était pas une maladie, mais qu’elle pouvait rendre malade. » (en effet, elle n’est pas répertoriée comme telle), mais ses symptômes sont ceux d’un état anxieux sévère .
Ce qu’il est important de comprendre, c’est que la phobie scolaire ne conditionne pas l’avenir de l’enfant, une prise en charge adaptée et collaborative entre les acteurs est la clé pour une reprise progressive du chemin vers l’école.
Voici le lien pour télécharger la feuille de route :