🧡🧡🧡🧡🧡🧡 📣📣
L’enfant qui présente un Trouble de l’Attention (TDAH) est avant tout un enfant…parmi les autres. Le trouble de l’attention est lié à un diagnostique, donc médical mais surtout clinique (pédiatre spécialisé, pédopychiatre, parfois médecin, etc…)
Bien que ces profils présentent des difficultés au niveau scolaire et social, un Trouble de l’attention bien appréhendé et parfois traité médicalement si besoin, donnent des personnalités attachantes, curieuses, vives, réactives face au danger, dynamiques, avec un sens de l’humour pointu, ouvertes…certaines sont mêmes brillantes!
Oh le tableau paraît idyllique…pas si terrible alors?
Attendez…
opposition, qui passe pour de la provocation, impulsivité, anxiété ++, troubles du sommeil, parfois dépressions, des difficultés d’apprentissages…que ce soit au travail ou dans le milieu scolaire, des adaptations, des aménagements sont à envisager pour diminuer l’aspect envahissant et handicapant (et oui, le TDAH est reconnu par la MDPH!!!). Ces aménagements, cette réponse aux besoins psychiques, intellectuels, physique, permet de diminuer les symptômes (agitation, impulsivité, déficit d’attention, organisation et gestion du temps). SI les besoins sont considérés, le trouble reconnu, cela permet à la personne de trouver une belle estime de soi, souvent déconstruite.
J’accompagne ces profils atypiques notamment sur :
– la régulation et la compréhension des émotions
– l’anxiété
– la gestion des colères
– les comportements d’opposition (programme pour les parents d’enfants oppositionnels et tyranniques)
– développement des compétences sociales
– je propose également un programme complet autour des apprentissages scolaires ( remédiation, mémoire, devoirs, retrouver le plaisir d’apprendre par des stratégies adaptées, attention, fonctions exécutives), travail avec les équipes enseignantes.
Mon accompagnement se fait par le jeu, l’écoute, l’implication. Je tente autant que possible de créer un véritable partenariat avec les enseignants, les professionnels engagés, les parents

#43 – Extrait de mon programme Zen contre l’anxiété pour ados et enfants

La peur est une émotion utile. L’enfant, l’adolescent, puis l’adulte apprennent cette émotion et apprennent des stratégies adaptées pour faire face à l’environnement. La peur fait partie de la vie. Pourtant, elle est parfois intense, omniprésente, « empêchante ». Elle empêche alors de vivre le quotidien…et devient ANXIÉTÉ.

« Dans notre cerveau, nous avons 2 types de pensées : les pensées catastrophes, celles qui aggravent les peurs ou qui les amènent. Ce sont celles que tu avais notées dans le cercles vicieux. Il existe également des pensées positives, aidantes. Tu vas continuer ton programme d’exposition à tes peurs en essayant d’écouter les pensées aidantes, pendant ou après. Si tu n’écoutes que les pensées catastrophes, tu vas t’angoisser tout le temps. Écoute tes pensées positives. » (extrait de la séance 6).

Je propose un programme de 12 séances pour accompagner les enfants et les adolescents.

Je reçois en séances des jeunes et des enfants, comme M, âgé de 17 ans, un garçon très intelligent, d’une grande sensibilité, qui planifie sa vie de façon très rigide, comme pour contrer ses angoisses. Il est arrivé il y a quelques temps avec une peur de la mort, une peur des évaluations, une peur de son avenir, et une incapacité à prendre des décisions, faire des choix. Il passait du temps à ruminer ses pensées, sans avancer, sans décider avec cette impression de subir ces angoisses. Depuis 6 séances, M a appris à comprendre ses peurs, avec des outils pour les diminuer, les maîtriser, les accepter. Maintenant, M va mieux, comme il a dit hier « je vais très très bien! ». Il est moins inquiet, il prend confiance en lui, prend seul des décisions, fait des choix : mal dans son orientation, il décide de changer pour une voie qu’il n’avait pas osé prendre à la sortie de la 3eme, et le voilà accepté dans un premier lycée! mais le chemin n’est pas terminé, il nous reste encore 6 séances pour construire des bases solides.

 

Pour plus de renseignements, contactez-moi par téléphone : 06.33.21.99.80 ou  par mail : contact@marina-ardouin.fr ou via le formulaire de contact de la page d’accueil de ce site.

(Ce programme qui comprend environ 12 séances peut aussi se faire à distance. )

🧐« pour autant que la mesure de l’intelligence ait été faite après l’âge de 6 ans, il y a de fortes chances pour qu’une personne conserve sa position dans la distribution des QI, et qu’elle présente des aptitudes intellectuelles hors norme par rapport à son groupe d’âge toute sa vie durant », (…), « en dehors d’une modification profonde au niveau du système nerveux (AVC par exemple), les compétences cognitives et capacités hors normes restent présentes tout au long de la vie »
 🧠👈
En revanche, il est bien expliqué que le niveau de réalisation lui peut changer : en l’absence de stimulation, de réalisation scolaire ou professionnelle, les compétences cognitives peuvent être moins élevés en raison d’une incapacité à penser ou d’une fatigue psychique, cela ne veut pas dire que la personne a perdu ses capacités intellectuelles, mais que pour des raisons X, elle n’y a plus accès…d’où l’urgence de considérer les profils HPI dans leur scolarité!
Extraits de  : « le haut potentiel en question », Sophie Brasseur et Catherine Cuche. 2020 en vente ici